0/5

0 avis

Lectures et initiation à la lecture à haute voix : « Les filles aux mains jaunes »

Localisation : Villa Saint-Hilaire, 1 impasse E. Boursier-Mougenot (ex Bd A. Maure) à Grasse
Catégorie : Événement

Lectures en partage à la Villa Saint-Hilaire...

27 novembre à 18h
4 décembre à 18h
8 décembre à 11h30

En résonance avec les carnets de poilus présentés dans l’exposition 1918, la fin d’une guerre, la bibliothèque vous propose de venir mettre en voix des paroles de femmes durant la guerre.
Guidées par Yves Giombini, écrivain, poète, homme de théâtre, les participants s’approprieront, le temps d’une lecture, les mots de Jeanne, Louise, Rose et Julie, ces filles aux mains jaunes, ouvrières dans une usine d’armement en 1915… Ils diront leurs quotidien, leurs rêves, leurs douleurs, leurs espoirs en un monde nouveau…

Les mardis 27 novembre et 4 décembre de 18h à 20h, deux séances d’initiation à la lecture à haute voix et à ses techniques (respiration, rythme, phrasé…) et samedi 8 décembre à 11h30, restitution en public… Venez découvrir ce texte et partager cette émotion à travers ces différentes voix de lecture !

Pour adultes
Gratuit sur inscription pour la totalité du cycle au 04 97 05 58 53

Entrée libre et gratuite pour les personnes qui souhaitent assister à la lecture, le samedi 8 décembre.

 

"Les filles aux mains jaunes"de Michel Bellier
 

À l’issue de la restitution du samedi 8 décembre, Martine GASQUET viendra parler de son livre Les oubliées de la victoire : Les femmes dans la guerre de 1914...

Ce livre fait revivre les héroïnes injustement laissées de côté, dont quelques noms seulement sont parvenus jusqu'à nous ; des aviatrices aux espionnes, des infirmières aux marraines de guerre, des paysannes aux altesses, des ouvrières aux femmes sur le front, une série de portraits qui unit la grande Histoire aux destins romanesques et tragiques de ces femmes oubliées. Les hommes sont partis au combat, les femmes, jusque-là cantonnées dans leur foyer ou des emplois subalternes, se trouvent dans l'obligation de les remplacer. Ainsi des hôpitaux à l'administration, des usines aux champs, elles assureront avec foi et courage la bonne marche du pays. Lors de la Victoire pour toute récompense, elles seront renvoyées chez elles sans avoir obtenu le droit de vote accordé dans les autres pays belligérants.

 
Chargement des enrichissements...

Avis des lecteurs